Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Souscription: Le quarante-deuxième et dernier bouddha, un livre de Françoise MALAVAL

Bangalore-Alliance-009.jpg

Durant de nombreuses années, Françoise Malaval a partagé sa passion pour l’illustration, les créations plastiques, la gravure, la sculpture, mais aussi son amour de l’Inde et de l’Asie avec un très large public. Que ce soit à l’occasion de rencontres d’illustratrices et d’illustrateurs, d’un festival ou d’un salon du livre, d’ateliers ou encore de formations, elle a eu le plaisir et l’avantage de pouvoir collaborer avec vous au sein de votre structure ou celui de  croiser votre chemin ou bien encore c'est vous qui avez pu tout simplement apprécier son travail et ses livres. 

Françoise s’est éteinte en octobre 2016, ses nombreux amis et moi-même avons souhaité continuer à faire vivre ses œuvres. Au cours des mois de janvier et février 2018, une exposition hommage sera présentée à Aix-en-Provence au sein de la bibliothèque Méjanes. Elle donnera lieu à des intervertirons et rencontres avec entre autres François Place, Jean-Yves Loude et Philippe Godard (le programme détaillé vous parviendra sous peu). Dans le cadre de cet événement, nous allons publier un ouvrage qui permettra aux lecteurs de découvrir le travail que Françoise a mené avec une intense détermination au cours de la dernière année de son existence. Vous en trouverez ci-dessous la présentation ainsi que son bulletin de souscription (ici).

couvbouddhas-com-reduite.jpg

Nous attirons votre attention sur le fait que les bénéfices de la vente de cet ouvrage seront destinés à l’acquisition d’une bibliothèque jeunesse mobile qui circulera dans des lieux de soins hospitaliers recevant des enfants. Elle présentera une sélection de livres et d'albums illustrés répondant aux exigences de ce cadre précis (choix supervisé par un pédopsychiatre et des bibliothécaires), les ouvrages seront gracieusement mis à disposition par un réseau d’éditeurs amis.

Pour toutes ces raisons, les membres de l’association Françoise Malaval Imagière et moi-même vous adressons par avance un immense merci pour le soutien que vous voudrez bien accorder à ce projet.

Bien amicalement

Patrice Favaro

 

 

Présentation

LE QUARANTE-DEUXIÈME ET DERNIER BOUDDHA

41 aquarelles originales de Françoise Malaval

Préface de Patrice Favaro

 

Durant de très nombreuses années, l’artiste et illustratrice Françoise Malaval a partagé son temps entre la France et l'Asie. Sa passion, son parcours d'artiste imagière, sa vie. En 2015, elle entreprit de représenter 1000 bouddhas: ceux qu'elle avait pu voir au cours de ses voyages et ceux qu'elle souhaitait encore découvrir. Il y en eut quarante et un. Le 21 octobre 2016, Françoise Malaval est partie peindre son quarante-deuxième bouddha et les suivants sur un autre chemin. Un chemin que les aquarelles présentées dans cet ouvrage avec les mots si profondément humains qu’elle a inscrits au verso de chacune d'entre elles nous laissent entrevoir avec une saisissante intensité.

 

Bouddha030-72.JPG

96 pages dont 82 en couleurs

Impression : Yenooa (Gilles Colleu et Jutta Hetpke)

Traitement images et maquette : Edition du Queyras (Pierre et Gaëlle Putelat)

ISBN : 978-2-9533428-8-8

Date de parution : 20 janvier 2018

 

Extrait de la préface

« Elle se remet à la tâche, penchée sur sa table à dessin, absorbée par son sujet. Je connais chacune des statues du Bouddha qu’elle a entrepris de représenter, nous les avons vues ensemble au cours de nos voyages toujours accomplis en duo : Inde, Thaïlande, Laos, Sri Lanka, Birmanie, France aussi. Avoir vu ces statues de ses propres yeux, c’est la règle qu’elle s’est imposée. Elle les peint sur ce papier artisanal qu’elle aime tant et dont elle a ramené de lourds rouleaux après chacun de nos séjours en Inde. Une matière naturelle qui a ses exigences, avec une trame qui laisse deviner la toile de jute ou la feuille de bananier qu’on place entre les cadres avant de presser la pâte de cellulose. Un grain marqué, des tons chauds de terre, d’argile, un papier qui accueille l’eau mêlée de pigments comme une rizière à sec. Un support qu’elle sait apprivoiser : peindre comme une pluie de mousson qui vient. « 

Écrire un commentaire

Optionnel