Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Samadama - Page 5

  • SIESTE

     

    aqua sieste Bouddha.jpg

     

    Au Wat Mathathat, une sieste sous la protection des Bouddhas. On ne peux rêver mieux.

  • PETITS JAUNES

     

    aqua petits jaunes.jpg

     

    Visite scolaire au Grand Palais, le matin, avant que les hordes des touristes ne déferlent.

  • RETOUR A BANGKOK

     

    Ramakien 07aqua ferry web.jpg

     

    Je retrouve Bangkok, quittée quelques mois plus tôt, toujours aussi gigantesque, aussi folle dans son cocon d’oxyde de carbone. C’est un peu plus calme et on respire légèrement mieux sur la rivière Chao Praya. Un matin sur un bac qui va d’une rive à l’autre.

  • "CAUCHEMAR CLIMATISE"

    aqua dubai web.jpg

    Nouveau voyage en Asie, nouvelle chronique.

    Pour commencer, quelques heures d’escale à Dubai avant d’arriver à Bangkok.

    Il n’y a rien là-bas sinon du sable qu’on arrive mal à chasser, des grattes-ciel très hauts et très tarabiscotés, très laids, des voitures luxueuses, un métro ultra moderne, de gigantesques centres commerciaux, des gens de toutes nationalités venus pour « faire de l’argent ». Le tout climatisé bien entendu…

    Mais il y a aussi de la neige. Si, si, de la vraie neige de culture à la « station de ski » aménagée dans un centre commercial. On ne sait s’il faut en rire ou en pleurer : Vrais skieurs et adeptes des sports d’hiver en vitrine. Fiston et grand-mère en niqab regardent à travers les vitres papa et maman batifoler dans la neige. A l’entrée, on fournit tout ce qu’il faut : anoraks, pantalons de neige, chaussures de neige, gants, bonnets et…skis.

  • MOINE ET FRUITS FRAIS

    moine-et-marchand-ambulant.jpg

    Les thais mangent beaucoup de fruits. Les moines comme les autres. Dans la rue, on les achète déjà coupés et rafraichis dans la glace.

  • AU BOUDDHA

    offrandes-au-Bouddha.jpg

    Offrandes et prières au Bouddha.

  • LECTURE AU PARC

    lecture-a-lumphini.jpg

    Dans le parc de Lumphini, le plus grand de Bangkok, pour le week-end, de jeunes bibliothécaires lisent des histoires aux enfants. Autour d’elles, rangés sur des étagères, un grand choix d’albums est à leur disposition. Une belle idée que cette bibliothèque de plein air.

  • AU "WEEK-END MARKET"

    orgue-a-bouche.jpg

    Au marché du week-end Chatuchak ,il y a environ 15000 stands. On y trouve de tout : des poulets aux vêtements en passant par la vaisselle, les épices, les chaussures, l’artisanat etc.

    Dans une allée dégagée, en plein soleil de midi, un jeune garçon fait la manche avec son orgue à bouche.

  • "BLADE RUNNER"

    malls-a-Sian-square.jpg

    Sur l’esplanade des gigantesques et luxueux « malls » ( centres commerciaux) dans le quartier de Siam Square, entre gratte-ciel, « sky train » ( métro aérien) et embouteillages indescriptibles, des décorations pour le nouvel an chinois qui est dans quelques jours. Bruit, musique assourdissante, va et vient de la foule. Un peu de l’ambiance de « Blade Runner » ( film de Ridley Scott adapté du roman P.K. Dick).

  • A BANGKOK

    Cette année, un court séjour dans un pays voisin de l’Inde, la Thailande.

    Des milliers de marchands ambulants dans les rues de Bangkok, la gigantesque capitale. Ils proposent pour la plupart des plats cuisinés qu’ils préparent sur place sur un bout de trottoir où bien souvent ils ont installé une ou deux tables et des tabourets. On mange à tout heure.

    marchande-ambulante.jpg
  • DEPART

    aqua-car.jpg

    Fin de cette saison à Bangalore, dernière image. C’est le départ et le retour dans les montagnes du Queyras.

     

     

     

     

     

  • BAIGNADE

    aqua-bain-dans-la-cauvery.jpg

    Bain rafraîchissant et immersion dans la Cauvery. Peu importe que l’eau soit sale et polluée, c’est une rivière sacrée...

  • SUR LA CAUVERY

    aqua-barque-ronde.jpg

    Retour au Karnataka. Non loin de la ville de Mysore, sur la Cauvery, rivière sacrée pour les hindous. On peut embarquer, pour une promenade d’agrément, sur d’étranges barques circulaires, sortes de paniers tressés géants. Au milieu de la rivière, le batelier à l’aide de sa rame, fait tourner l’embarcation sur elle-même comme un manège, c’est la grande attraction .

  • LA SURVIE DES PULAVAR

    aqua-ombre-gandhi.jpg

    Les temps sont donc durs pour les Pulavar, artistes du théâtre d’ombres Tolpava Koothu. Pour vivre, ils ont tous des métiers : postier, conducteur d’autorickshaw, paysan... Seul Ramachandran Pulavar, détenteur de la tradition,se consacre entièrement à son art. Alors, pour vivre un peu mieux, il vend des marionnettes et des CD aux visiteurs. Et, il prépare un spectacle « profane » sur le Mahatma Gandhi, spectacle qui tournera entre autres dans les écoles, dans les centres culturels et, il l’espère à l’étranger. Une autre manière d’instruire les gens.

    Pour tout contact  ( en anglais): puppetry@kerala-india

  • PERSONNE!

    aqua-representation-ombres.jpg

    Je reviens donc sur cette nuit de spectacle de Tolpava Koothu des Pulavar dans un village retiré du Kerala. Tout débute par un rituel mené par l’Oracle du village dans le temple. Nous y avons assisté dehors, en regardant par la porte ouverte (en tant que non-hindous, nous ne pouvons pénétrer dans le temple). Puis, l’Oracle va avec la flamme dans le castelet, à 50 m en face du temple pour allumer les lampes à huile qui vont éclairer l’écran. La représentation peut alors commencer et durera toute la nuit. Nous y assistons pour partie à l’intérieur, derrière l’écran.

    Chose incroyable à laquelle nous ne nous attendions absolument pas : il n’y a AUCUN spectateur pour suivre l’épisode du Ramayana conté par les chants et les poupées ! Pas un, pas deux...PERSONNE... Ainsi va la vie : il n’y a pas si longtemps, tout le village était là pour participer au rituel, écouter et regarder – le Tolpava Koothu servait aussi à éduquer et à édifier les gens dans tous les domaines de la vie-. Maintenant, comme partout, tout le monde est devant la télévision. Nous sommes émus, bouleversés, infiniment tristes. Le Tolpava Koothu est en train de mourir.